Le luxe du vide

le luxe du vide, faire le vide pour sortir du burn-out, burn-out, simplicité volontaire

"Le luxe du vide"

 

Le titre de cette chronique écrite par Florence Servan-Schreiber (ici) m’a littéralement interpellée l’autre jour !  

 

Le vide pourrait-il donc être perçu par certains comme un luxe ? 

 

Pour moi, le vide est devenu une nécessité quand j’ai accepté d’accueillir mon
burn-out en 2014. 


Source Photo: MyDomaine

Mais d’abord, c’est quoi le luxe ?

Une des définitions du Larousse le décrit comme un « Plaisir relativement coûteux qu'on s'offre sans vraie nécessité ».  C’est effectivement l’idée que l’on se fait généralement d’une chose luxueuse.

 

Mais on peut aussi trouver cette description : « Se permettre le plaisir exceptionnel, gratuit, audacieux de quelque chose ou de faire quelque chose. » (source: ici)

 

Faire le vide serait donc un plaisir exceptionnel et audacieux que l’on décide de se permettre ? Alors oui, oui, et encore oui !  Et je le recommande vivement ! 


La peur du vide

Parfois assimilé au « rien », à l’ « absence de », à l’ennui, bref… à une sensation désagréable, le vide n’est pas forcément bien perçu.  Quelques personnes ont du mal à comprendre ce besoin, au point même que le sujet est tabou dans certaines familles.  Alors en plus, « Investir là-dedans… quelle idée » !

 

Le vide provoque un trouble évident !  Très souvent lors des sessions avec mes clients, lorsqu’une armoire est à moitié vidée de son contenu après un tri, ou qu’une armoire est retirée d’un mur, la question qui vient est : « mais qu’est-ce que je vais y mettre ? ».  Un peu comme si être face à ce vide n’était pas une possibilité en soi ! 


Mais d’où vient ce besoin de « remplir » ?

Besoin d’être rassuré ? De savoir que vous avez paré à toute situation qui pourrait se présenter à vous ?  Qu’en est-il de votre capacité à résoudre les problèmes ?  N’avez-vous pas confiance en vos ressources ?

 

S’agit-il d’un besoin d’appartenance, de reconnaissance, un besoin de « faire comme les autres »?  Serait-ce donc la peur d’être considéré « différemment » parce que vos besoins ne sont pas les mêmes que ceux de votre entourage ?

 

Ou serait-ce plutôt le besoin de s’entourer de « bruit » pour ne pas entendre l’essentiel, votre petite voix intérieure qui ne demande qu’à se faire entendre depuis toujours.

 

Peu de gens ont été élevés en privilégiant consciemment de choisir l’essentiel.  LEUR essentiel.  Ce n’a pas été mon cas non plus ! Et de nos jours, le marketing n’aide personne à aller dans ce sens.  Nous sommes constamment stimulés à avoir toujours plus, et il est difficile de résister.  


Jusqu’au jour où « trop, c’est trop » !

Quand le besoin de clarté d’esprit devient plus important que tout ce qu’on a accumulé au fil des années.   
Quand le poids des meubles de famille devient trop lourd
Quand on ne sait même plus pourquoi on a tout ce qu’on a et surtout, quand ce « trop » nous empêche d’avancer. Alors là, "trop c'est trop"!

 

Pour moi, le vide est devenu une nécessité quand j’ai accepté d’accueillir mon burn-out en 2014. 

 

J’avais besoin d’y voir clair et je me suis donc accordé ce « plaisir exceptionnel et audacieux » de trier ma vie en triant mes armoires. Ce luxe est devenu une nécessité! L’envisager de cette manière donne d’ailleurs une toute autre perspective à ce que certains pourraient autrement voir comme un exercice pénible.

 

Pour les personnes que je rencontre en Home Organising ou en Office Organising, tout s’éclaircit au fil des étagères qui se vident et des sacs poubelles qui se remplissent.  La réaction est alors souvent la même : « Mais comment j’ai pu en arriver là ? Comment j’ai fait pour accumuler tout ça ? »

 

Et on se trouve devant le principe de la feuille blanche … et ça fait peur … car la question devient : "à partir de maintenant, qu’est-ce que je veux VRAIMENT" ?  

 

Et pourtant, ne serait-ce pas un état auquel nous pourrions aspirer ? Plus de sens ?


Et ensuite ?

Idéalement, si le "tri par le vide" a été fait de manière consciente et en profondeur, il aura mené à des prises de conscience sur son mode de fonctionnement, et surtout, sur ses besoins réels.  Vos habitudes d'achat auront donc probablement changé. 

 

Dans certains cas, par contre, plusieurs vagues sont nécessaires, et c’est très bien ainsi… Rome ne s’est fait pas faite en un jour !

 

Et par la suite, comme je l’expliquais dans l’article "Oser dire non pour SE dire oui" (ici) , même si refuser consciemment de refaire entrer des choses chez soi n’est pas toujours facile… c’est possible !  Et cela donne en plus la permission aux autres d’en faire autant.

Pour conclure...

Quand on a pris conscience...
que le vide permet de s’éveiller à soi,

qu’il existe d’autres moyens de remplir notre vide intérieur,

quand on s’est donné la permission de ressentir ses émotions et d’identifier ses besoins réels,

on peut trouver les moyens d’y répondre de manière authentique et donc de retrouver l’estime de soi. 

 

Et ça, est-ce vraiment du luxe ?


Vous avez besoin d'aide pour atteindre vos objectifs, en créant l’environnement

et l’état d’esprit qui vous permettront d'y parvenir, réservez votre rendez-vous découverte gratuit ici !


Cette publication vous a plu? Partagez-la!

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    lespetitesm (jeudi, 11 août 2016 14:56)

    Je partage complètement votre vision des choses. A chaque vacances scolaires, je fait le tri et je vide, celà me fait un bien fou, j'ai l'impression d'y voir plus clair, et je me demande comment je fais pour faire rentrer autant de choses chez moi...
    Merci pour ce bel éclairage

  • #2

    Anne-Sophie de Less and More (jeudi, 11 août 2016 15:47)

    Merci à vous pour ce partage !

  • #3

    Dom B (jeudi, 11 août 2016 22:50)

    Ma chère Anne-Sophie, une fois encore je te remercie!

  • #4

    Delphine (jeudi, 18 août 2016 21:15)

    Ha Anne-Sophie, comme j'adore tes articles !
    Celui-ci me donne du courage pour me lancer à l'attaque du "rangement par le vide", non pas que l'action me fasse peur mais bien que cette fois ce sera un très grand tri pour la préparation à un déménagement... Il y a tellement de choses que je suis parfois découragée :)
    Merci et à très vite !

  • #5

    Anne-Sophie de Less and More (jeudi, 18 août 2016 21:21)

    Merci Delphine! Je suis contente que ça te donne du courage, surtout pour un projet d'une aussi grande ampleur! Et si tu as besoin d'aide... tu sais où me trouver ;o)

  • #6

    Julia (mercredi, 10 janvier 2018 05:45)

    Merci Anne Sophie pour ce très bel article. Si pertinent! J aime ce principe de faire de la place pour accueillir ce vide, en réalité si plein d Energie ... certains sages nous disent même : « lorsque l on dépasse la phase des objets , on peut alors accéder à l essentiel. » Au plaisir! � �

  • #7

    Anne-Sophie de Less and More (jeudi, 11 janvier 2018 11:00)

    Merci Julia et oui, faire place à l'essentiel... pas toujours facile mais tellement nécessaire! A bientôt!